Des papas à horaires atypiques plus exposés que les mamans ?

Yanis
Par Yanis
4 min de lecture
14 juil. 2022 17:26:55

Le fondement de l'attractivité et de la qualité de vie au travail ?

La Taylor Review of Working Practices a montré il y a cinq ans que l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle était aujourd’hui considéré par la population active comme l'un des principaux fondements de l'attractivité des métiers et de la qualité de vie au travail.

Cette même étude soulignait également les avantages existant en matière de flexibilité horaire et indiquait qu’elle pouvait permettre aux personnes de trouver une meilleure organisation du travail, plus adaptée à la vie de famille, ainsi qu’à une utilisation satisfaisante du temps libre.

Les chercheurs de l'ESRC International Centre for Lifecourse Studies de l'University College de Londres ont montré dans une étude récente que la flexibilité horaire n'avait pas l'impact espéré sur la santé mentale et la socialisation de celles et ceux qui travaillent à horaires atypiques...

La Millennium Cohort Study (suivi de 19 000 enfants nés au Royaume-Uni au début des années 2000, et de 12000 parents, dans laquelle 40% des mères actives ont déclaré travailler selon des horaires atypiques, de même que 57 % des pères actifs) a permis de montrer sur le long cours que les horaires de travail atypiques affectaient plus directement et négativement les pères de famille, en particulier en matière de santé mentale, de qualité de relation avec leurs partenaires/conjoints, et la manière dont ils passent du temps avec leurs enfants et s'occupent d'eux.

L'absence d'association négative entre les horaires de travail atypiques et la santé mentale des mères est, au premier abord, étonnante.

Les chercheurs expliquent que ces dernières semblent mieux s'adapter, et utiliser l’opportunité stratégique qu’offrent ces horaires afin d'équilibrer leurs besoins professionnels et familiaux. Dans le type de métiers qu'elles pratiquent, les choix de roulements de plannings synchronisés sur les moment décisifs pour la famille et l'éducation des enfants seraient ainsi un critère décisionnel important. Attention toutefois, car d'autres études concentrées sur les deux premières années de la vie des enfants ont montré que les femmes semblaient touchées plus fortement que les hommes dans ces période critiques, laissant penser qu’il existe dans tous les cas un apprentissage difficile de cet organisation pendant les premières années de vie l’enfant.

L’autre grande conclusion de l’étude est l’association du travail à horaires atypiques avec une dégradation significative de la santé mentale des pères, en particulier pour ceux qui s’absentent le soir et le week-end. Ces horaires sont habituellement considérés les plus propices à l’établissement d’un lien affectif avec les autres membres de la cellule familiale et semblent donc tout particulièrement importants dans l'équilibre de vie. Certaines recherches ont par ailleurs suggéré que les pères étaient de plus en plus encouragés à assumer plusieurs rôles sociaux en simultané, par exemple, celui de pourvoyeurs d'attentions et d'affection et celui de pourvoyeur de revenus de la cellule familiale. Cette nouvelle configuration, lorsqu’elle est associée à des horaires atypiques, mettrait les pères devant une double contrainte, source de charge psychologique à laquelle ils ne sont pas habitués.

Une seconde étude de la même équipe s'est penchée plus en détail sur le rôle des pères en comparant leurs rôles sociaux avec des enfants de 9 mois et des enfants de 7ans. Dans le cadre de cette étude, les pères avaient tendance à s'occuper davantage des enfants de sept ans que des enfants plus jeunes. Ceux qui travaillaient le soir s'occupaient moins des soins de base que ceux qui avaient des horaires normaux. Mais lorsque leurs enfants avaient sept ans, ils avaient des temps de jeu et de récréation plus élevés. Les pères qui travaillaient la nuit s'occuperaient davantage des soins de base, que les enfants soient en bas âge ou à l'âge de sept ans. Le fait de travailler le week-end était globalement lié à des niveaux inférieurs de soins de base et de jeux.

Quelles leçons en tirer ?

Il est important de noter ici que les problématiques d’horaires atypiques et de conciliation des temps de vie ne concernent pas "que les femmes" et qu’il est grand temps que les stratégies managériales, les politiques de prévention ou de qualité de vie des employeurs s’appuient sur une approche objective et scientifique en lieu et place de stéréotypes de genre.

Pour rappel, en France, les chiffres de l'Insee et de l'enquête Emploi 2017 donnaient les chiffres suivants:

  Hommes (%)
Femmes (%)
Au moins un horaire atypique 44,2 43,0
Soir (entre 20h et 00h)    
La moitié des heures de travail ou plus  5,4 3,7
Moins de la moitié des heures de travail  20,6 16,9
Plus/moins la moitié des heures de travail 26,0 20,6
Nuit (entre 00h et 05h)    
La moitié des heures de travail ou plus  4,1 2,1
Moins de la moitié des heures de travail 8,6 3,5
Plus/moins la moitié des heures de travail 12,7 5,6
Samedi    
Au moins deux samedis  23,6 27,4
Un seul samedi  10,1 9,0
Au moins un samedi 33,7 36,4
Dimanche    
Au moins deux dimanches  11,3 13,3
Un seul dimanche  6,9 6,9
Au moins un dimanche  18,1 20,2

Fréquence mensuelle moyenne des horaires atypiques des salariés en 2017 en % de la population active et selon le sexe

Fréquence mensuelle moyenne des horaires atypiques des salariés en 2017 en % de la population active et selon le type d'activité

Pour les hommes qui travaillent plus de nuit que les femmes et presque autant le week-end, l'impact délétère et significatif d'une vie à contre temps de celle de sa propre famille et de ses enfants n'est donc pas a négliger en matière de qualité de vie et d'attractivité des postes. Ceci est d’autant plus vrai que, parmi les familles professionnelles qui regroupent les plus gros
effectifs de salariés soumis aux horaires atypiques, les militaires, les policiers, les pompiers, les
agents de gardiennage, les conducteurs de véhicules, les cuisiniers, les bouchers, les charcutiers et
les boulangers sont des métiers à très forte présence masculine.

Références :

Zilanawala & McMunn (2022) Fathers' Nonstandard Work Schedules and Parenting Activities, Journal of Marriage and Family.

Zilanawala & McMunn (2022) Atypical schedules in United kingdom, Community, Work and Family

DARES (2018) Le travail en horaires atypiques : quels salariés pour quelle organisation du temps de travail ? n°83

Il s'agit d'un sujet pour votre métier ou votre entreprise?
Vous avez des questions, vous aimeriez en savoir plus ?

Contactez-nous !

https://don.odp-pompiers.fr/odp

Aidez-nous et donnez vous aussi un petit quelque chose aux orphelins de sapeurs-pompiers en cliquant ici